ASM clermont auvergne rugby
« La société de consommation porte mal son nom, car un con ne fait généralement pas de sommation avant de dire une connerie en société. »

La vie de supporter de l'ASM n'est qu'une suite de petites déceptions au milieu desquelles survient, de temps en temps, une grande désillusion


« Les personnages et les situations de ce forum étant purement fictifs, toute ressemblance avec des personnes ou des situations existantes ou ayant existé ne saurait être que fortuite. »


Partagez
Aller en bas
avatar
sitotoetela
Admin
Admin
Nombre de messages : 26189
Réputation : 268
Date d'inscription : 18/11/2007
http://www.hakakiri.net

on a tué le brennus

le Mar 23 Nov 2010 - 19:13
Le Bouclier de Brennus a fait étape, ce mardi à Riom, chez Marquage Moderne pour se refaire une santé après un passage douloureux à Cisternes-la-Forêt. Un admirateur avait alors gravé quelques mots sur le trophée adulé.

Le Bouclier de Brennus remporté, cette année par l’ASM Clermont-Auvergne en fait rêver plus d’un. Au point que lors de son passage à Cisternes-la-Forêt, un admirateur s’est laissé aller à graver de la pointe d’une clef : « 201 : Cisternes ». Une inscription qui a valu au bouclier un retour chez Marquage Moderne.

Ce mardi, les hommes de Philippe Ganne, président de l’entreprise riomoise spécialisée « dans la fabrique de plaques et d’étiquettes en métal ou plastique » et « dans le marquage d’objets par gravure mécanique, laser, impression numérique ou sérigraphie » étaient de nouveau aux petits soins pour le bouclier.

10 heures de boulot

« On nous l’avait confié en juin pour inscrire la victoire de l’ASM au championnat de France de rugby. C’était un grand moment et beaucoup d’attention pour caler parfaitement l’inscription. On en avait alors profité pour réparer un coin et pour remettre des cache-vis manquants. Cette fois, on est parti pour 10 heures de boulot » explique le président.

Au programme de cette journée de relâche : plusieurs ponçages à la main de la plaque de laiton qui énumère les vainqueurs successifs depuis 1892, lustrage à la pâte à polir, passage au poste de gravure numérique et trois heures au four pour cuire l’encre. « On était obligé de reprendre toute la plaque car le ponçage a créé des différences de surface » précise Philippe Ganne. Au passage, le bouclier a reçu quelques coups de marteau mesurés pour redresser le bord enfoncé par endroits.
Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum