ASM clermont auvergne rugby
« La société de consommation porte mal son nom, car un con ne fait généralement pas de sommation avant de dire une connerie en société. »

La vie de supporter de l'ASM n'est qu'une suite de petites déceptions au milieu desquelles survient, de temps en temps, une grande désillusion


« Les personnages et les situations de ce forum étant purement fictifs, toute ressemblance avec des personnes ou des situations existantes ou ayant existé ne saurait être que fortuite. »


Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
Batavia
modérateur
modérateur
Nombre de messages : 1219
Date d'inscription : 23/03/2010

Re: france nippon (ni mauvais)

le Dim 11 Sep 2011 - 9:58
velveteethol a écrit:47-21 , et on leur tire dessus comme si ils avaient un 12-9! :////

Les journalistes n'ont donc rien d'autre à dire, que de monter ce match en épingle? Et Elissade qui engueule Roro alors qu'il est là pour faire une interview.

Comme dit Pelous. Place au prochain match.

Je suis tellement d'accord que j'en viens même à penser que la suffisance elle est là. Ne pas se contenter de la victoire bonifiée et exiger péremptoirement la manière (comme spectatrice forcément je le souhaite aussi, mais bon l'humilité c'est se contenter du "beaucoup" qu'on a déjà).


Enfin sur l'utilité pédagogique et psychologique du discours journalistique ambiant (en gros "z'êtes de grosses merdes") je reste sceptique.
krokro
salaud de gaucho
salaud de gaucho
Nombre de messages : 1219
Humeur : Adulte
Réputation : 1
Date d'inscription : 22/01/2011

Re: france nippon (ni mauvais)

le Dim 11 Sep 2011 - 10:51
velveteethol a écrit:47-21 , et on leur tire dessus comme si ils avaient un 12-9! :////

Les journalistes n'ont donc rien d'autre à dire, que de monter ce match en épingle? Et Elissade qui engueule Roro alors qu'il est là pour faire une interview.

Comme dit Pelous. Place au prochain match.

+1

Alhadk le seul but des journaleux est de faire monter la pression en faisant croire au quidam moyen qu'on est pas à l'abri d'une mauvaise surprise face au Tonga, histoire de faire des ventes (écrit) et des audiences (TV) satisfaisantes durant ce premier tour.

Honnetement l'exploit tongien est impossible, on va peut-être se faire secouer par les all-blacks mais on finira ce premier tour avec 14 points les doigts dans le nez.

Et vu ce qu'ont montré les anglais hier (avec certes un Wilko en méforme, sans doute la faute de PSA) on peut même penser légitimement à une demi finale.
avatar
Titi
Admin
Admin
Nombre de messages : 17559
Humeur : Petite et de retour -:)
Réputation : 475
Date d'inscription : 20/11/2007

Re: france nippon (ni mauvais)

le Dim 11 Sep 2011 - 11:01
Wilkinson, iil vient surtout de réaliser qu'à son retour en club il allait se f@der Laporte et Bastareaud Surprised

_________________
Je suis l'Henri Guaino à Toto. Fierté, Henri, Vigueur!
Invité
Invité

Re: france nippon (ni mauvais)

le Dim 11 Sep 2011 - 13:48
Titi a écrit:Oui Croq, mais là les joueurs sont 100% responsables, s'ils n'assumentpas de mener 14/0


Lievremont est d´accord avec toi Titi. C´est pas sa faute, c´est celle des joueurs. Celle d´Imanol, du Yach, de Trinh Duc, des deux ailiers et de l´arriere. Bref, il n´a rien à voir avec ce brouillon de rugby.
Laughing
Imanol paie peut etre sa sortie de la semaine où il reclamait une equipe type pour gagner en coherence.
Ca fait 3 ans que la communication ne passe pas entre les joueurs et Lievremont, qu´il y a des clans dans le groupe. On a maintenant droit à un Lievremont qui lache ses joueurs. Et demain ? Mais puisqu´on nous dit que tout va bien. J´espere que les joueurs vont faire leur revolution et se prendre en main pour jouer leur rugby, celui qu´ils savent jouer


Dernière édition par croquemuche le Dim 11 Sep 2011 - 14:11, édité 1 fois
avatar
sitotoetela
Admin
Admin
Nombre de messages : 26043
Réputation : 250
Date d'inscription : 18/11/2007
http://www.hakakiri.net

Re: france nippon (ni mauvais)

le Dim 11 Sep 2011 - 14:11
je prêche pour une gréve de nos joueurs Very Happy

_________________
Le fou, l'amoureux et le poète sont farcis d'imagination.
Mon individualisme d'anarchiste est un combat pour garder ma pensée libre : je ne veux pas recevoir ma loi d'un groupe !
Invité
Invité

Re: france nippon (ni mauvais)

le Dim 11 Sep 2011 - 14:13
Et une greve du staff, tu me la fais à combien ? lol
avatar
sitotoetela
Admin
Admin
Nombre de messages : 26043
Réputation : 250
Date d'inscription : 18/11/2007
http://www.hakakiri.net

Re: france nippon (ni mauvais)

le Dim 11 Sep 2011 - 14:17
si seulement novés avait accepter de prendre l'edf
le rugby français gagnait deux fois
en ayant le meilleur coach pour l'équipe nationale
et toulouse perdait son âme et son hégémonie

_________________
Le fou, l'amoureux et le poète sont farcis d'imagination.
Mon individualisme d'anarchiste est un combat pour garder ma pensée libre : je ne veux pas recevoir ma loi d'un groupe !
avatar
velveteethol
zen attitude
zen attitude
Nombre de messages : 4050
Age : 42
Humeur : In Peace With His Ghosts... :)
Réputation : 60
Date d'inscription : 06/05/2008

Re: france nippon (ni mauvais)

le Dim 11 Sep 2011 - 14:45
croquemuche a écrit:Et une greve du staff, tu me la fais à combien ? lol

Ca si je me trompe pas Liévremont, il nous l'a déjà fait dans un tournoi... Very Happy
avatar
sitotoetela
Admin
Admin
Nombre de messages : 26043
Réputation : 250
Date d'inscription : 18/11/2007
http://www.hakakiri.net

Re: france nippon (ni mauvais)

le Dim 11 Sep 2011 - 15:24

_________________
Le fou, l'amoureux et le poète sont farcis d'imagination.
Mon individualisme d'anarchiste est un combat pour garder ma pensée libre : je ne veux pas recevoir ma loi d'un groupe !
avatar
sitotoetela
Admin
Admin
Nombre de messages : 26043
Réputation : 250
Date d'inscription : 18/11/2007
http://www.hakakiri.net

Re: france nippon (ni mauvais)

le Dim 11 Sep 2011 - 18:16
On peut tenir tous les discours possibles et imaginables sur le jeu de l'équipe de France, la capacité de ses joueurs à se complaire dans le dilettantisme dès qu'ils se frottent à une opposition supposée plus faible confine à la pathologie. Que même le contexte d'une Coupe du monde ne suffit pas à corriger. Devant ce constat, Marc Lièvremont, bien qu'apparu dimanche plus désemparé que jamais, garde le cap.

Faute d'un plan B crédible et fidèle à ses convictions, pourtant ébranlées par ses joueurs, Lièvremont ne change pas ses plans. (Reuters) Faute d'un plan B crédible et fidèle à ses convictions, pourtant ébranlées par ses joueurs, Lièvremont ne change pas ses plans. (Reuters)
Sur le même sujet...


Toute l'actu de la Coupe du monde sur Rugbynews.fr
Achetez vos billets Coupe du monde 2011
Le pique-nique tombe à l'eau. Au lendemain de leur entrée en matière dans cette Coupe du monde face au Japon (47-25) que l'on qualifiera pudiquement de perfectible, les Bleus avaient prévu de déjeuner à Takapuna face à la mer. Après trois jours d'un doux soleil printanier, les cieux en ont décidé autrement. Bourrasques et averses violentes ont contraint la troupe à revoir ses plans et à rejoindre Auckland, Down Town, pour s'y restaurer et profiter d'un après-midi libre. Qu'ils en profitent car la séance vidéo programmée en fin d'après-midi annonçait un autre avis de gros temps. Après une nouvelle courte nuit de sommeil et un visionnage du match de la veille, forcément douloureux, Marc Lièvremont est apparu dimanche matin, dans le hall de l'hôtel Byron on Spencer, partagé entre frustration et lassitude. Une fois encore, ses joueurs l'ont déçu dans les grandes largeurs.

C'est la même rengaine !

Bien sûr, Marc Lièvremont ne peut se permettre un psychodrame à la romaine, mais six mois jour pour jour après la défaite du Tournoi, concédée à Flaminio, force est de constater que les mêmes causes provoquent les mêmes effets. Ce contexte de Coupe du monde empêche (pour l'heure) toute rupture avec ses joueurs, mais le constat reste désespérément le même. "C'est le même constat, il y a de la frustration tellement notre match a été pollué d'approximations, de fautes techniques, de fautes de discipline, je crois qu'on concède une douzaine de pénalités. Que de déchets dans la finition, dans l'organisation ! On s'est vu beaux, et déjà qu'on était à mon sens pas assez concentrés, très approximatifs, on l'a été de plus en plus. On ne met pas assez de conviction et pas assez de précision dans nos situations avec des trois contre un vendangés. Pour arriver à l'heure de jeu à une situation extrêmement pénible et stressante." S'il a entrevu la défaite ? "Je l'ai pensée, je l'ai envisagée... Toujours est-il qu'on a su bien finir, su remettre les choses en place sur quelques mouvements assez simples." On ose la question de confiance: ses joueurs l'ont-ils trahi ? Cette fois, il se maîtrise et rabâche: "Le constat reste le même, à savoir qu'au-delà de la victoire bonifiée, on voulait de la maîtrise, de l'engagement et de la constance sur le match. On a tout faux de ce côté-là."

On joue comme on s'entraîne...

Vendredi dernier, veille de match, Lièvremont relevait une dernière mise en

Lièvremont épargne son capitaine...

De nouveau sondé sur la question d'un fort leadership au sein de l'équipe de France, qui semble avoir fait défaut encore une fois samedi, au plus fort de la furia japonaise, Marc Lièvremont s'est refusé à remettre en cause son capitaine Thierry Dusautoir: "Mais le capitaine, c'est un leader de combat. Il a été exemplaire dans le combat. Il y a des leaders de jeu et il y a d'autres leaders de combat. C'est à la charnière d'orienter, d'être cohérent, de respecter à ce qui est mis en place et a été travaillé. "Titi" va pousser à plus concentration, il va être exemplaire sur le combat, il va avancer."

place tactique décevante à ses yeux de la part de ses joueurs (voir: L'entraînement qui déçoit Lièvremont). Pour lui, la relation avec la piètre copie rendue face au Japon est évidente et il met en lumière un des travers de ses joueurs: "Je mets en corrélation le match et quelque part l'entraînement du jeudi, je l'avais dit aux joueurs: on fait un bon début de semaine, dès le moment où on met de l'engagement, on fait des choses intéressantes ; mais dès le moment où on effectue une mise en place plus tactique, on fait preuve de légèreté. Et cette légèreté, on l'a retrouvée avec des comportements individuels assez variés" Qu'il ne manquera pas de détailler (voir: Harinordoquy en tête au tableau d'horreur)... Mais s'exprime déjà cette incapacité chez ses joueurs à se responsabiliser: "C'est récurrent ces soucis dès le moment où on y met pas un engagement total", énumère-t-il, comme un mauvais catalogue: "La plupart des entraînements où je suis satisfait, c'est vraiment quand il y a un engagement total. On ne peut pas en faire tous les jours. Dès le moment où on met moins d'intensité, on est moins réactifs au combat, on joue les ballons assez simples, sur des relances de jeu assez simples, sur du jeu direct. On ne converge pas, on n'est pas propres au sol. [...] A la mise en place, je n'ai pas senti les mecs avec une préparation de match, comme tu peux jouer contre des grandes équipes, où tu as la trouille. Il y a une mobilisation presque superficielle. Bien sûr que je regrette ça."

Cap maintenu pour le Canada

Des regrets peut-être, mais pas de révolution à attendre, même si Lièvremont avoue se poser des questions. On le ferait à moins. "Ça me fait réfléchir, ne croyez pas que je ne me pose pas de questions. Je crois que c'est une erreur malgré tout de tout remettre en question et de figer le groupe, et de ne pas redonner une chance à certains joueurs qui ont réalisé un bon match à Dublin, notamment." L'équipe-type reste donc dans les tiroirs en attendant sans doute les Blacks. "Je rêve de constance et de précision, donc ce coup de pied au cul, quelque part sans conséquence, va nous permettre, je l'espère, de mieux travailler et de préparer ce match avec un peu plus de pression. On peut le regretter. On joue une Coupe du monde, c'est sept matches, et l'on espère aller au bout, alors gâcher comme ça le premier... J'ai toujours considéré que c'était une chance de démarrer face à des équipes a priori plus faibles et de monter en puissance. [...] Je me pose des questions sur l'organisation, sur le management. Parce que certains ne manqueront pas de relever que peut-être ces déchets viennent d'un mauvais management, du fait de tourner en permanence. Je pense que cette équipe était cohérente, la meilleure à l'issue des deux premiers matches, je reste persuadé qu'il faut continuer à impliquer, au moins sur les deux matches, les trente acteurs."

C'est dans la tête, Docteur !

Rien n'a changé et forcément on n'en finit plus de s'interroger sur ce surplace d'un groupe auprès duquel Lièvremont et son staff semblent passer plus de temps à accomplir un profond travail psychologique qu'à peaufiner leur projet de jeu. Le sélectionneur, lui, est à court d'arguments lorsqu'on le sonde sur cet aspect des choses et notamment sur la nécessité de soigner les têtes en permanence: "Oui, c'est de la psychologie, tente-t-il d'expliquer. Je ne sais pas, parce que c'est comme ça... Parce que ce jeu est un éternel recommencement..." Ce seront les dernières paroles embarrassées d'un Lièvremont que l'on sent après quatre ans de règne à court d'explications. "On a tendance à se fustiger, mais d'autres équipes ont fait preuve de suffisance", ose-t-il en énumérant les entrées en matière d'une Nouvelle-Zélande, à mi-temps vendredi face aux Tonga (41-10), ou de l'Ecosse, en difficulté samedi contre la Roumanie (34-24). Quant à ses joueurs, "ce sont eux qui jouent, qui sont sur le terrain. On dresse le cadre, on échange avec eux, mais c'est à eux de régler les problèmes. Vous les connaissez les joueurs, ce sont quand même des garçons expérimentés." Selon lui, ses joueurs se sont vus trop beaux, mais n'est-il pas finalement le premier à les surestimer: "Que cette équipe ait du talent et du potentiel, j'en suis persuadé, et elle l'a montrés, même sur un match aussi brouillon. Donc bien sûr l'objectif reste de se qualifier, donc de bien préparer et réaliser un meilleur match contre le Canada, et bien sûr rêver au titre de champion du monde. [...] Je balance sans arrêt entre une forme de rigueur et de les pousser à se sublimer et à travailler, et en même temps les encourager, alterner entre la rigueur et la confiance, parce qu'il en faut aussi. Avec des retours pas toujours aussi positifs que je l'espérerais." Une tâche décidément bien ingrate...

En direct de la Coupe d

_________________
Le fou, l'amoureux et le poète sont farcis d'imagination.
Mon individualisme d'anarchiste est un combat pour garder ma pensée libre : je ne veux pas recevoir ma loi d'un groupe !
krokro
salaud de gaucho
salaud de gaucho
Nombre de messages : 1219
Humeur : Adulte
Réputation : 1
Date d'inscription : 22/01/2011

Re: france nippon (ni mauvais)

le Dim 11 Sep 2011 - 20:17
totowsky a écrit:si seulement novés avait accepter de prendre l'edf
le rugby français gagnait deux fois
en ayant le meilleur coach pour l'équipe nationale
et toulouse perdait son âme et son hégémonie

Novès n'aurait rien fait de valable en EdF. Il gagne un titre de temps en temps avec un arbitrage qui lui permet tout et un club qui a un budget supérieur de plus de 35% au second plus riche.

Par contre pour ouvrir sa gueule, dire ce qui va ce qui va pas il est toujours aussi fort (vu sur l'equipe.fr ). S'il est aussi fort que ça il avait qu'à y aller, comme il a refusé il pourrait avoir la décence de se taire.
avatar
sitotoetela
Admin
Admin
Nombre de messages : 26043
Réputation : 250
Date d'inscription : 18/11/2007
http://www.hakakiri.net

Re: france nippon (ni mauvais)

le Dim 11 Sep 2011 - 21:33
1/ Une grande réserve de licenciés

Le Japon compte officiellement 114.000 licenciés, selon le guide média qui nous a été remis. Ils sont 126.000 selon l'IRB. Dans les deux cas, il s'agit du sixième bassin de joueurs au monde. Étonnant car l'ovalie reste encore peu médiatisée, éloignée des télévisions par le baseball et le football. Il s'agit en fait d'un sport considéré comme un jeu plutôt que comme une pratique compétitive. On joue beaucoup dans les écoles et dans les universités, moins dans des clubs prenant part à des championnats. La fédération espère consolider la popularité du rugby d'ici à 2019, lorsque le pays accueillera le Mondial.

2/ Un championnat sponsorisé par les entreprises

Dans l'environnement très "corporate" du Japon, c'est l'entreprise qui organise bien souvent les activités sociales et sportives de ses employés. Les multinationales nippones sont ainsi les propriétaires-sponsors des clubs, de foot comme de rugby. La Top League, refuge d'anciennes stars du ballon ovale (George Gregan, George Smith), tourne à la bataille marketing. Par exemple, la brasserie Suntory possède les Sungoliaths, champions en titre. La boîte qui détient Orangina-Schweppes continue sur les terrains son bras de fer avec Coca-Cola, bailleur de fonds des West Red Sparks. On trouve aussi les Kobe Steel "Kobelco Steelers" ou encore les Toshiba "Brave Lupus".

3/ Un staff international

La star de la délégation japonaise, c'est son coach John Kirwan. A 46 ans, le kiwi porte encore beau. Adulé en Nouvelle-Zélande (il faisait partie de l'équipe championne du monde en 1987), il a gagné le respect de tous en déclarant publiquement il y a quelques années avoir souffert de dépression, et s'être soigné. Polyglotte, Kirwan dirige l'équipe japonaise depuis cinq ans et a largement contribué à sa crédibilité grandissante. Il a apporté dans ses bagages un encadrement international (australien et néo-zélandais), qui tente cependant de conserver le style local: celui d'un rugby offensif et total.

4/ Une légion étrangère

Marc Lièvremont a choqué les journalistes japonais en étant incapable de citer un seul joueur adverse. Le quinze nippon s'est pourtant largement ouvert aux talents étrangers ces dernières années. On compte dans le groupe de 30 joueurs pas moins de 10 éléments "extérieurs", nés en Nouvelle-Zélande ou dans les îles du Pacifique. Une politique de naturalisation qui en rebute certains au pays, mais qui permet aussi de gommer les points faibles (défi physique, gestion des temps faibles, vice...). Et il faut aussi dire que plusieurs de ces "étrangers" sont arrivés au Japon à l'adolescence et y ont fait la plupart de leurs classes.

5/ "Trop bons, trop cons"?

Les "Cherry Blossoms" ("fleurs de cerisier") ont longtemps détenu le record de la plus grosse fessée reçue en Coupe du monde. Explosés 145-17 par la Nouvelle-Zélande lors de l'édition 1995, les Japonais ont depuis laissé ce triste record à la Namibie, balayée 142-0 par l'Australie en 2003. Pourtant, ils conservent cette image d'équipe joueuse, offensive, mais manquant dramatiquement de densité physique. Jean-Pierre Elissalde, qui les a coachés entre 2005 et 2006 (avec un bilan moyen moyen), les voit encore comme de "charmants opposants". En réalité, le niveau du quinze nippon ne cesse de s'améliorer. Il bat désormais régulièrement les nations du Pacifique et ambitionne de remporter deux matches lors de cette Coupe du monde. Les Japonais ont d'ailleurs changé leur surnom, adoptant un plus sérieux "Brave Blossoms". Leur objectif: intégrer le top 8 mondial à la Coupe du monde 2019.

_________________
Le fou, l'amoureux et le poète sont farcis d'imagination.
Mon individualisme d'anarchiste est un combat pour garder ma pensée libre : je ne veux pas recevoir ma loi d'un groupe !
krokro
salaud de gaucho
salaud de gaucho
Nombre de messages : 1219
Humeur : Adulte
Réputation : 1
Date d'inscription : 22/01/2011

Re: france nippon (ni mauvais)

le Dim 11 Sep 2011 - 22:06
totowsky a écrit:Marc Lièvremont a choqué les journalistes japonais en étant incapable de citer un seul joueur adverse.

Tu m'étonnes. Les journalistes japonais sont capables de citer 127 joueurs utilisés par Lièvremont ces 4 dernières années Smile
avatar
roudoudou
politologue
politologue
Nombre de messages : 814
Humeur : Désespéré
Réputation : 0
Date d'inscription : 26/03/2009

Re: france nippon (ni mauvais)

le Lun 12 Sep 2011 - 12:51
koko a écrit:
totowsky a écrit:Marc Lièvremont a choqué les journalistes japonais en étant incapable de citer un seul joueur adverse.

Tu m'étonnes. Les journalistes japonais sont capables de citer 127 joueurs utilisés par Lièvremont ces 4 dernières années Smile

Et encore on a eu chaud. Il aurait été capable de tenter un " J'ai récemment entendu parler d'un Fukushima, mais je ne l'ai jamais vu jouer." Smile
Invité
Invité

Re: france nippon (ni mauvais)

le Jeu 15 Sep 2011 - 20:32
Je suis passé à coté de celle là lol
http://loeildebenezech.metrofrance.com/2011/09/11/equipe-de-france-jean-pierre-ellisalde-ta-gueule/

S'ils le souhaitent, je peux remplacer JPE à la porte du vestiaire. Sadz
Contenu sponsorisé

Re: france nippon (ni mauvais)

Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum