ASM clermont auvergne rugby
« La société de consommation porte mal son nom, car un con ne fait généralement pas de sommation avant de dire une connerie en société. »

La vie de supporter de l'ASM n'est qu'une suite de petites déceptions au milieu desquelles survient, de temps en temps, une grande désillusion


« Les personnages et les situations de ce forum étant purement fictifs, toute ressemblance avec des personnes ou des situations existantes ou ayant existé ne saurait être que fortuite. »


Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
sitotoetela
Admin
Admin
Nombre de messages : 25992
Réputation : 246
Date d'inscription : 18/11/2007
http://www.hakakiri.net

Les livres de cul, c'est mieux sur une liseuse

le Sam 31 Mar 2012 - 11:19
Les livres de cul, c'est mieux sur une liseuse

Les sites fleurissent, les téléchargements explosent : les tablettes permettent aux femmes de dévorer des romans érotiques en toute discrétion.

30.03.2012 | Katherine Rosman | The Wall Street Journal

Imprimer Imprimer
Caractère + -
Recommander
Commenter Commenter0

Mes dossiers
Envoyer Envoyer
Partager Partager

Sur le web

The Wall Street Journal
L'article original (en anglais)

Fiches pays

Royaume-Uni
Etats-Unis
Australie

Le site en ligne Mischief Books

Le site en ligne Mischief Books

Si votre voisine dans le métro semble particulièrement absorbée par la lecture de sa tablette, il y a sûrement une bonne raison à cela. Les liseuses électroniques - et la discrétion qu’elles garantissent - font en effet exploser les ventes des romans érotiques. Comme les romans sentimentaux, ces ouvrages libertins racontent une histoire d’amour conventionnelle, agrémentée de références à la culture populaire telles que celles qu’on trouve dans la “littérature pour filles”. Mais avec, en plus, du sexe, beaucoup de sexe.

Les Kindle, iPad et Nook “remplacent le papier kraft d’antan”, explique Brenda Knight, éditrice chez Cleis Press, une maison d’édition de Berkeley qui publie des ouvrages érotiques depuis 1980. Pour répondre à la demande, les grands éditeurs lancent des collections érotiques pour supports numériques. C’est ainsi qu’en Grande-Bretagne, HarperCollins vient de lancer le site Mischief Books sous le slogan “des plaisirs confidentiels pour appareils portables”. Tori Benson, une mère de famille de 41 ans qui vit à Eustis (Floride), lit jusqu’à 15 livres par semaine, dont la moitié sont érotiques. Elle a découvert les romans sentimentaux à l’adolescence avant de passer aux romans érotiques quelques années plus tard, quand elle a eu son premier Kindle. Aujourd’hui elle en possède deux, dont l’un appelé la “vilaine liseuse de maman” par sa fille de 10 ans. Le format électronique de ces livres semble avoir aidé Tori à surmonter sa gêne. Bien qu’elle fasse la critique de romans sentimentaux pour le site Smexybooks et de romans érotiques pour celui de Heroes and Heartbreakers, elle avoue qu’elle ne lirait pas ces livres en public s’ils étaient en papier. “Certaines couvertures sont très explicites”, remarque-t-elle.

Sur Mischief Books, les romans érotiques sont référencés à l’aide de symboles : des menottes pour les pratiques spéciales et une main levée pour les relations sado-maso. HarperCollins prévoit de publier au moins 60 livres électroniques par an. “Il nous a fallu beaucoup de temps pour faire une sélection érotique, c’est désormais chose faite”, commente Adam Nevill, directeur de la rédaction du site. Ce nouveau genre a même son premier best-seller : "Fifty Shades of Grey" [Cinquante nuances de gris], écrit par une ancienne productrice de télévision britannique, E. L. James. Ce roman, qui raconte l’histoire d’amour passionnée entre une étudiante et un milliardaire, est truffé de références à la vie contemporaine telles que les ordinateurs Apple, les coachs personnels et les titres de groupes comme Snow Patrol et Kings of Leon. L’ouvrage a été publié en ligne en mai dernier par Writer’s Coffee Shop, une maison d’édition indépendante australienne, et dès l’automne, il a fait fureur aux Etats-Unis, quand les jeunes mères de famille aisées ont commencé à dévorer ce récit torride et à le recommander à leurs amies. Début mars, la maison d’édition britannique Vintage Books a signé un contrat de 1 million de dollars avec Writer’s Coffee Shop pour acquérir les droits du livre et des volets suivants, "Fifty Shades Darker" et "Fifty Shades Freed". Dans un premier temps, elle projette d’imprimer 750 000 exemplaires en livre de poche.

La facilité du téléchargement a joué un rôle prépondérant dans le succès des romans érotiques. A la minute même où une amie leur parle d’un livre, les lectrices peuvent en acheter un exemplaire. Et lorsque le roman a une suite, elles peuvent télécharger le second dès qu’elles finissent le premier. Certaines téléchargent en une fois tous les romans où apparaît leur héroïne préférée. “Il y a un véritable marché en ligne”, souligne Rachel Kramer Bussel, auteure de romans érotiques et éditrice de l’anthologie "Best Bondage Erotica 2012" [Les meilleurs romans érotiques SM de 2012], parue chez Cleis Press. Les amatrices du genre libertin aiment les héroïnes de ces livres — des femmes instruites et qui ont réussi dans leur vie professionnelle, des personnages équilibrés qui se laissent soudain emporter par la force de leur désir sexuel. Ces lectrices sont également attirées par les histoires d’amour. L’intrigue de "Flat-Out Sexy" [Totalement sexy], publié par la filiale Berkley Trade du groupe Penguin, se déroule sur un circuit de course automobile. Le roman décrit l’attraction irrésistible entre un nouveau coureur, Elec, et Tamara, la veuve d’un autre coureur mort dans un accident. "Tempted" [Tentation], paru dans la collection Spice de Harlequin, est l’histoire d’une femme heureuse en mariage, qui se retrouve dans une relation à trois avec son mari et le meilleur ami de celui-ci, Alex. La suite, "Naked", présente le point de vue d’Alex sur cette relation.

Jill Lascher, une femme de 42 ans de Los Angeles mère de trois enfants, a acheté un Kindle pour lire "Fifty Shades of Grey", difficile à se procurer en version papier. En décembre, elle était en congé en Floride avec sa sœur Nicole, 39 ans, elle aussi mère de trois enfants. “Tu rates tout, tu n’es pas présente”, a-t-elle fini par dire à celle-ci. “Si tu lisais ça, tu comprendrais”, a répondu sa sœur. Le Kindle de Jill est arrivé quatre jours plus tard, et pendant le reste des vacances, les deux sœurs ont lu les trois volets de la trilogie et en ont souvent discuté. “J’étais très contente que personne ne sache ce que je lisais”, confie Jill. “C’est un livre qui vous fait rougir.”
commenter
TENDANCE Au Danemark aussi !
L'interview de Tine Smedegaard Andersen, directrice littéraire chez RosinanteLes maisons d’éditions danoises partent à l'abordage d'un nouveau marché, celui de la littérature érotique. Ainsi, la maison d’édition Rosinante va non seulement publier deux oeuvres danoises du genre mais elle va aussi ressortir deux titres de l'auteure de référence dans ce domaine, la franco-cubaine Anaïs Nin. La concurrence s'organise puisque Gyldendal, la première maison d'édition du pays, ainsi que Lindhardt og Ringhof, disent croire en ce marché, notamment grâce au livre électronique qui assure une certaine discrétion au lecteur.

Cet intérêt des femmes pour la littérature érotique s'explique de plusieurs façons. D’abord, la pornographie, très explicite, s’adresse plutôt aux hommes. Or, le roman fait plus de place à l’imagination, ce qui plaît aux femmes, selon Tine Smedegaard Andersen, directrice littéraire chez Rosinante. En outre, les femmes sont plus exigeantes sur la qualité: "Les femmes modernes veulent de l’érotique d’un haut niveau littéraire", ajoute-t-elle dans une interview au quotidien danois Information. Enfin, les protagonistes de la littérature érotique sont des femmes fortes, ce qui n’est pas toujours le cas dans la pornographie, explique Anne Glad, experte de style de vie : ”Les femmes préfèrent l’image que donne d’elles la littérature érotique”.

_________________
Le fou, l'amoureux et le poète sont farcis d'imagination.
Mon individualisme d'anarchiste est un combat pour garder ma pensée libre : je ne veux pas recevoir ma loi d'un groupe !
krokro
salaud de gaucho
salaud de gaucho
Nombre de messages : 1219
Humeur : Adulte
Réputation : 1
Date d'inscription : 22/01/2011

Re: Les livres de cul, c'est mieux sur une liseuse

le Sam 31 Mar 2012 - 12:03
Ces femmes disent avoir honte de lire la pornographie et donc rechercher la discrétion, mais pour la plupart d'entre elles est mentionné dans l'article leur nom, leur âge et leur lieu d'habitation, bref tout le nécessaire pour que leurs voisins les reconnaissent s'ils tombent sur l'article. Curieux...

_________________
.
avatar
dungannon92
zen attitude
zen attitude
Nombre de messages : 5328
Age : 46
Localisation : Allier
Humeur : maligne
Réputation : 11
Date d'inscription : 04/11/2009

Re: Les livres de cul, c'est mieux sur une liseuse

le Dim 1 Avr 2012 - 17:10
Pour un homme vicieux comme un eBook, pas besoin de lutrin...
Contenu sponsorisé

Re: Les livres de cul, c'est mieux sur une liseuse

Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum