ASM clermont auvergne rugby
« La société de consommation porte mal son nom, car un con ne fait généralement pas de sommation avant de dire une connerie en société. »

La vie de supporter de l'ASM n'est qu'une suite de petites déceptions au milieu desquelles survient, de temps en temps, une grande désillusion


« Les personnages et les situations de ce forum étant purement fictifs, toute ressemblance avec des personnes ou des situations existantes ou ayant existé ne saurait être que fortuite. »


Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
sitotoetela
Admin
Admin
Nombre de messages : 25879
Réputation : 234
Date d'inscription : 18/11/2007
http://www.hakakiri.net

La grande famille faux-cul du rugby

le Mar 19 Fév 2013 - 16:57
La grande famille faux-cul du rugby
Par Rencontres à XV | Rencontres à XV – il y a 2 heures 26 minutes

Mail

Il était une fois, la grande famille du rugby. Une histoire que l’on aime raconter dans les écoles de rugby, mais qui n’existe pas. Et dans les faits, c’est encore plus vrai. Ou comment un week-end de Top 14 a lieu sans les internationaux Français, qui eux mêmes sont en famille et ne s’entrainent pas avec le XV de France. Curieux paradoxe.

LNR (Paul Goze) - FFR (Pierre Camou) : la grande famille du rugby?

On jouait le week-end dernier la 18ème journée de Top 14. Le fait marquant est la défaite de Toulouse face à Perpignan, sous les yeux de Yannick Nyanga et Thierry Dusautoir qui avaient pris sagement place en tribune. Parce qu’en France, on n’est pas à une contradiction près : les internationaux sont payés par leurs clubs respectifs, qui ne peuvent pas les utiliser quand ceux-ci ne jouent pas avec le XV de France en période de Tournoi. A contrario, les Italiens et les Gallois (par exemple) étaient sur le pré ce week-end. James Hook avec l’USAP, Sergio Parisse avec le Stade Français, qui a inscrit un essai mais aussi et surtout a pris un carton rouge (qui pourrait le priver des prochains matchs du Tournoi des 6 Nations). Etrange situation pour nos internationaux et leurs clubs, non ?

En juillet 2009, pourtant, la FFR et la LNR ont signé une convention (elle arrive à terme le 30 juin prochain). On parle souvent de la grande famille du rugby, mais il aura fallu une convention pour que les faux frères arrivent à trouver un compromis. Et quel compromis ! En préambule de cette convention, on peut lire: “les parties conviennent que ce développement doit se poursuivre dans le respect de plusieurs objectifs prioritaires : développer la pratique et l’intérêt du public pour le rugby dans l’ensemble du territoire, en préservant et promouvant ses valeurs et son éthique (…) Permettre la compétitivité de l’Equipe de France au plus haut niveau mondial (…) Assurer un développement équilibré et maîtrisé du rugby professionnel ainsi que la compétitivité des clubs français dans les compétitions internationales (…) Préserver la santé des joueurs, développer leur double formation et favoriser leur promotion sociale et professionnelle”.

On pourrait être optimiste à la lecture de ces objectifs. Ce week-end a montré plus que jamais qu’il n’y a pas de grande famille du rugby ou de convention qui tiennent lorsque les enjeux (et ils le sont de plus en plus) sont financiers. Même s’ils sont excessifs (comme d’habitude), les propos de Mourad Boudjellal, dans une interview accordé au site Lemonde.fr, sont légitimes. Pas une seule fois, la convention n’évoque le salaire des joueurs (et leur couverture) ou comment éviter cet épineux sujet.

A force de vouloir faire de son championnat le meilleur du monde (et c’est le cas), la LNR a, sans le vouloir, créé un concurrent direct au XV de France. D’un côté, le Top 14: une machine qui marche toute l’année, “autofinancée”, qui génére un business sur et hors du terrain, qui dure 10 mois et qui mobilise les seuls passionnés. De l’autre, un XV de France qui joue la bagatelle de 10 à 12 matchs par an et qui ne déplace les foules (au stade et/ou devant la télé) que très ponctuellement.

Alors que faire ? Est-il trop tard pour sauver le XV de France ? Est-il trop tard pour arrêter la frénésie du Top 14 ? Non, mais la “grande famille du rugby” va devoir se/en parler. Trouver des ponts communs et aborder enfin ce que le rugby cache derrière sa “famille” : le business !

Le rugby et “sa grande famille” n’ont pas encore fait leur mue. Par peur de tout “révolutionner” et de tout changer, on finit par ne rien faire. Quand, dans le même temps, nos voisins Anglo-saxons font bouger les lignes (salariales et calendaires).

Espérons que cette particularité Française ne nous jouera pas des tours à Twickenham samedi. Au pire, puisque le Français regarde dans le rétroviseur, il évoquera la finale de 2011. Il trouvera bien une excuse. Il dira qu’on ne touche pas à “la grande famille du rugby” et ses valeurs.

_________________
Le fou, l'amoureux et le poète sont farcis d'imagination.
Mon individualisme d'anarchiste est un combat pour garder ma pensée libre : je ne veux pas recevoir ma loi d'un groupe !
avatar
dungannon92
zen attitude
zen attitude
Nombre de messages : 5328
Age : 46
Localisation : Allier
Humeur : maligne
Réputation : 11
Date d'inscription : 04/11/2009

Re: La grande famille faux-cul du rugby

le Mar 19 Fév 2013 - 18:32
Comme si le problème de l'EdF n'était qu'un problème de calendrier...
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum